Syncthing : L’alternative personnelle à Dropbox, Google Drive, OneDrive…

Je vous ai parlé récemment de la difficulté d’envoyer des gros fichiers par internet, et du marché commerciale qui existe à ce sujet. Heureusement, il existe des alternatives gratuites aux services payants du cloud.

Avec Syncthing vous pouvez faire la même chose qu’avec Dropbox, Google Drive ou OneDrive gratuitement.

Enfin, presque, car il y a tout de même une fonctionnalité en moins :

  • Vos données ne sont pas sauvegardez vers un serveur central.

C’est d’ailleurs l’avantage majeur de ces services de synchronisation / backup en ligne : ils sauvegardent vos données chez eux. Mais vu le prix, je préfère faire mes sauvegardes chez moi.

Syncthing : Comme ça marche ?

Tout d’abords, Synchthing n’est pas un « service en ligne », c’est un logiciel. Il est opensource et disponible sur tout un tas de plateformes : de Windows et Mac en passant par Linux et Solaris, jusqu’à Android. (pas de version iOS pour l’instant.)

Pour pouvoir synchroniser des dossiers entre plusieurs ordinateur (et donc plusieurs utilisateurs) il faut installer Syncthing sur chaque ordinateur.

Ensuite il faudra déclarer un accès au dossier(s) partagé(s) sur chacun des ordinateurs.

Installation de Syncthing

Téléchargez la version du logiciel qui correspond à votre ordinateur sur le site web de Syncthing et vous le démarrez.

Ce n’est pas aussi pratique que les logiciel clients de Dropbox ou GDrive car il n’y a pas d’installeur qui fera en sorte que Syncthing démarre automatiquement à chaque fois que vous allumez votre ordinateur, mais on verra ça plus tard.

Sur windows par exemple, vous téléchargez le zip de Syncthing et une fois dézippé vous pourrez démarrer Syncthing.exe :

synchthing01

Une fois lancé, une fenêtre de commande DOS s’ouvre, ne la fermez pas, c’est Syncthing qui est en marche… (c’est tout a fait barbare, mais on verra plus tard comment s’en passer)
synchthing02

… Et vous aurez également une fenêtre Web qui s’ouvrira dans votre navigateur internet par défaut :
synchthing03

En cliquant sur le nom du dossier « default » vous aurez les paramètres d’accès et de partage du dossier par défaut. Il est créer automatiquement lors du premier démarrage de Syncthing.

synchthing06

Le premier dossier, le principal, est créé par défaut dans le dossier utilisateur : exemple c:\users\[moi]\Sync. vous pouvez donc accéder à ce dossier par un explorateur de fichier.

Pour l’instant, Syncthing n’est installé que sur un seul ordinateur, donc aucune synchronisation de dossier n’est en marche…

L’accès à l’interface de configuration des partages se fait toujours par cette interface Web, alors pensez à sauvegarder l’adresse de cette page web comme raccourcis, ce sera plus pratique.

http://127.0.0.1:8384/

Synchronisation d’un autre ordinateur

Pour la démonstration, on va installer Syncthing sur un Mac et on lancera la synchro.

Une fois la version Mac téléchargée, on démarre « syncthing » :

synchthing07

Et comme sur Windows, on se retrouve avec une fenêtre de commande Linux un peu barbare et la même page web de configuration que précédemment :

synchthing09

Pour pouvoir créer une synchronisation entre les 2 ordinateurs équipés de Syncthing, il faut déclarer sur chacun d’eux, l’existence de l’autre. Pour ça il nous faut récupérer les numéros d’identification unique (ID) de chacun des ordinateurs, pour l’inscrire sur l’autre.

Pour obtenir le numéro d’ID il faut aller dans le menu de configuration de l’interface web, et choisir « Show ID » :

synchthing04

Le numéro d’ID, c’est ce grand code en haut de l’écran. la version QRcode est utilise pour entrer le code de votre ordinateur sur votre smartphone Android par exemple.

synchthing05

Maintenant, dans chacune des machines, il faut cliquer sur le bouton « + Add Device » pour déclarer l’accès à l’autre machine en entrant le code d’ID.

Ici je déclare sur mon PC , le lien avec mon Macbook. Le « Device Name » (nom de l’appareil permet de les identifier plus facilement qu’avec le code. Il est optionnel, mais c’est pratique)

synchthing10

Vous pouvez tout de suite partager le dossier principal en cochant la case « default » en bas si vous le désirez.

Les machines liées apparaissent en liste dans l’interface. Ici le Macbook déclaré sur mon PC est listé avec l’indication « Unused » qui montre qu’il n’y a pas encore de partage ou de synchronisation.

synchthing11

Partage / Synchronisation de dossier

2 options : Soit vous partagez un dossier existant, soit vous commencez par créer un dossier.

Pour créer un autre dossier à partager, cliquez sur « +Add Folder » et remplissez le formulaire:

  • Folder ID est le nom commun pour le partage entre les 2 ordinateurs
  • Folder Path est le chemin d’accès au dossier à partager
  • Sélectionnez en bas dans « Share with Device » un appareil avec lequel vous souhaitez partager ce dossier.

synchthing13

Vous pouvez utiliser un dossier déjà existant sur votre ordinateur, Syncthing va le scanner pour préparer la synchro.

synchthing14

Quand 2 machines sont liées, si l’une d’entre elle partage un dossier, il faudra valider ce partage sur l’autre. Ici, c’est mon Macbook qui reçoit automatiquement la demande de synchronisation d’un nouveau dossier partagé depuis mon PC qui s’appelle PS3:

synchthing15

ID et sécurité

Comme vous le voyez dans mes captures d’écrans, j’ai laissé les ID de mes machines. Suis-je fou ? Non. Je l’ai fait exprès pour vous montrer qu’il n’y aucun problème à donner ces numéros d’identification. Aucun autre ordinateur ne peut se connecter à mes dossiers si je n’ai pas déclarer moi-même dans mon ordinateur, l’ID de cet autre ordinateur.

C’est là la force de Syncthing. Il faut que chacun est le code d’accès de l’autre pour échanger de fichiers.

Démarrage automatique

Pour démarrer automatiquement Syncthing sur Mac

Allez dans les préférences systèmes du Mac, puis dans la gestion des utilisateurs. Déverrouiller les modifications utilisateurs avec le cadenas en bas à gauche. Entrez le mot de passe administrateur.

Allez dans la section « Login Items » (désolé, je ne me rappel pas du nom en français) , puis glissez l’application « syncthing » depuis son dossier sur le disque dur vers la listes des éléments à ouvrir / démarrer automatiquement.
Si vous cochez la case d’option de la colonne « hide » (cacher), l’application ne sera pas visible lors de son démarrage. Mais vous aurez toujours l’accès au panneau de configuration de Syncthing par la page web http://127.0.0.1:8384 .

synchthing16

Pour un démarrage automatique de Syncthing sur Windows

Créez un raccourcis vers l’application synchthing.exe en cliquant dessus avec le bouton droit de la souris et en sélectionnant « Créer un raccourcis ». Ensuite cliquez avec le bouton droit de la souris sur le raccourcis et sélectionnez l’option « Propriétés ».
Dans le champ nommé Cible (traget) il y a le chemin d’accès à l’application syncthing.exe, il faut ajouter à la fin les 2 options suivantes :

[chemin vers synchthing]\syncthing.exe -no-console -no-browser

-no-console demande à l’application de ne pas ouvrir de fenêtre DOS pour son exécution.

-no-browser demande à Syncthing de ne pas ouvrir automatiquement la page web de configuration.

synchthing17

Ensuite, déplacez ce raccourcis vers le dossier de démarrage automatique de windows.

Pour trouver ce dossier sur Windows 8 ou 10, appuyez sur Win-R et entrez la commande « shell:startup », un explorateur de fichier windows s’ouvrira au bon endroit.

synchthing18

Conclusion

Même si Syncthing est un peu compliqué à configurer à la première utilisation et qu’un système d’installation et de configuration du démarrage automatique serai le bienvenue, c’est la seule alternative cohérente à des systèmes de synchro de dossiers comme Dropbox que je connaisse qui n’ai pas besoin d’un serveur intermédiaire (et qui soit gratuit).

Le système de code ID avec son QRcode associé peut paraitre rébarbatif, mais c’est la garantie de la sécurité de vos donnée.

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *